La 37ème édition des Estivales Photographiques du Trégor, organisée par L’Imagerie de Lannion, a lieu du 30 juin au 3 octobre.

La 37ème édition des Estivales Photographiques du Trégor, organisée par L’Imagerie de Lannion, a lieu du 30 juin au 3 octobre.

Cette année, la manifestation a réduit la voilure : un seul vrai lieu d’exposition (la belle galerie de L’Imagerie à Lannion) ; le seul second lieu (la chapelle Saint Samson en pleine campagne à Pleumeur-Bodou) ne propose pas d’exposition de photographies à découvrir, mais présente un pot pourri d’images issues du fonds photographique de L’Imagerie, un petit morceau de collection, assez mal présenté sur des tréteaux.

Des 5 photographes présentés dans la galerie de L’Imagerie, seule la série d’Alain Laboile mérite le voyage. Il photographie sa famille en noir et blanc (ses 6 enfants évoluant en totale liberté dans leur univers autour et dans la maison) et compose admirablement ses images. La série entière offre elle-même une véritable composition de l’ensemble. On s’y promène avec un plaisir chaque fois enrichi par les prochaines images.

Ce qui n’est pas le cas du tout des autres oeuvres présentées par L’Imagerie. En particulier pour Georges Pacheco et son imposante série ’Amalthée’, et pour Ana Galan et sa non moins imposante série ’Viv(r)e la vie !’.

Il y a ici une dérangeante confusion entre un ensemble de photographies destiné à l’exposition, et un catalogue d’oeuvres, presque identiques, qui sont autant d’échantillons d’une même image destinée à être vendue comme pièce unique. Mis à part leur présence d’éléments destinés au marché de l’art, l’ensemble de ces deux séries d’images n’a aucun sens. Sur des mètres linéaires de murs, occupant un espace considérable, autant chez Georges Pacheco que chez Ana Galan, c’est ennuyeux au possible !

On regrettera vraiment que L’Imagerie ait opéré cette confusion des genres, qu’à l’occasion de ce festival, sa galerie connaisse cette dérive implicite du statut de lieu d’exposition à celui de galerie à vocation marchande.
Le fait que la chapelle Saint Samson soit consacrée à exhiber des exemplaires du fonds photographique de L’Imagerie entre malheureusement en résonance avec ce virage, participe de la même logique.
Nous nous faisions une joie de retrouver à Lannion et environs un de ces festivals modestes mais qui nous avait habitués à de belles découvertes. La déception est grande...

Françoise Barbaras, Lionel Dupas

Un diaporama pour entrevoir cela : http://www.groupe-photo-phil.com/lannion/index.html

Publié le 3 août 2015. Modifié le 6 mars 2016