FotoLap 2017 à Blain
Du 30 mai 14:00 au 16 juillet 18:00
FotoLap 2017 à Blain. Du  30 mai 14:00 au 16 juillet 18:00

La onzième édition des Promenades Photographiques de Vendôme vaut la peine d’aller y voir, cette année encore, comme tous les ans.

La onzième édition des Promenades Photographiques de Vendôme vaut la peine d’aller y voir, cette année encore, comme tous les ans.

Le festival souffre financièrement cette année : nombre de photographes invités ont accepté d’exposer gratuitement la sélection de leurs œuvres, faute de quoi l’association ne pouvait pas reconduire le festival. Il y a également un peu moins d’oeuvres proposées dans certains lieux (dans la chapelle St Jacques en particulier, qui paraît bien vide, compte tenu de l’espace disponible).

La manifestation est de bonne ampleur et d’excellente tenue ; elle permet de découvrir des auteurs pour la plupart d’entre eux largement inconnus, mis à part un invité-phare appartenant à la tradition (cette année : Brassaï) ; et cependant elle reste entièrement gratuite !

Le budget de ce festival n’a rien à voir avec le budget des autres festivals du « top cinq » des festivals photographiques, et pourtant Vendôme fait partie de ce « top cinq » compte tenu de la qualité des photos et du « casting » qui ne sacrifie jamais le talent à la renommée des invités. Bravo pour cette exigence et pour cette éthique...

De tout ce qu’il y a à voir à Vendôme, voici un choix d’oeuvres marquantes que nous proposons à votre regard attentif, dans un ordre hiérarchique du plus remarquable au plus modestement intéressant :

  • certains d’entre vous connaissent peut-être déjà ALISA RESNIK, pour avoir vu une présentation d’une partie de sa série One another à la Petite Biennale Photographique de Blain (44). Ici, on retrouve ces images, mais dans un autre agencement. Un univers intime dérobé, apparaissant par fulgurance dans des interstices, soutenu par un traitement chromatique de couleurs sourdes et poudrées ; c’est superbe !
  • RICHARD BALLARIAN, Promenade nocturne d’un voyageur urbain. Présenté au Musée, à côté de Brassaï, une très grande audace dans le traitement et le style. A côté de Brassaï , puisqu’ils se côtoient ici précisément, on voit de façon éclatante toute la force esthétique que peut produire la recherche sur ce que le medium photographique peut offrir de ressources absolument singulières, propres à la photographie.
  • CHARLES-FREDERICK OUELLET : du noir et blanc, un mélange de quelques grands formats et une ribambelle de petits formats, pour un récit énigmatique à la force évocatrice.
  • EVGEN BAVCAR, célèbre de façon anecdotique parce qu’il est devenu aveugle à 11 ans, et est devenu cependant photographe. Il y a de très belles images, incontestablement, dans cette série Le sommeil éternel d’Eros. Ce qui laisse plus dubitatif est, évidemment, ce que ces images doivent à leur auteur, puisqu’il s’imagine lui-même ses images et n’en contrôle pas le résultat.
  • MARC BALLO, Natura Vita, de très grands formats en noir et blanc très intense. Des silhouettes de plantes, fleurs, feuilles, surgissant sous un rai de lumière soudain. Beau travail, spectaculaire.
  • Quelques images de la série Corpus Scripti de JEAN-FRANCOIS SPRICIGO. Ce sont de grands formats imprimés directement sur des panneaux d’aluminium, créant un effet de métal argenté assez séduisant sous le noir et blanc. Indépendamment de ce rendu, quelques compositions retiennent vraiment l’attention.
  • Et parmi les plus jeunes, du côté de la sélection des écoles internationales de photographie, MADELAINE GAMONDES, venue d’une école de photographie d’Argentine.

En même temps que le festival de photographie et sur le site principal, a lieu une triennale d’art contemporain où l’on peut voir aussi un tout petit peu de photographie. Et là on retrouve DOROTHEE SHOES, que certains connaissent déjà pour avoir vu, entre autres, l’une de ses séries à Rocheservière. Ici, il s’agit d’une autre série à teneur autobiographique, évoquant les humeurs, angoisses et fantasmes liés à la lente maladie.

Françoise Barbaras et Lionel Dupas

Un diaporama permet de se faire une petite idée de tout cela :

http://www.groupe-photo-phil.com/vendome/index.html

Publié le 27 juin 2015. Modifié le 22 juillet 2015